top
logo

Identification




PORTALIS, Jean Etienne Marie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 06 Décembre 2010 16:26

Jean Etienne Marie Portalis

Jean, Etienne, Marie PORTALIS naît le 1er avril 1746 au numéro 23 de la rue désormais éponyme à AIX EN PROVENCE.

 

Il est père du Code civil promulgué en 1804 qui établit une législation uniforme, synthèse du droit de l’Ancien Régime et des idées nouvelles sur laquelle repose encore notre droit et celui qui a inspiré des dizaines de pays dans le monde.

 

Il fait partie du groupe des quatre commissaires chargés de la rédaction du Code civil le 12 août 1800 : deux juristes du Nord formés au droit coutumier, TRONCHET et BIGOT de PREAMENEU et deux spécialistes méridionaux du droit écrit, MALEVILLE et PORTALIS.

 

Il est aussi bâtisseur du Concordat comme Ministre des Cultes fonction à laquelle il sera nommé le 10 juillet 1804, base de la paix religieuse jusqu’à la Loi de 1905 de séparation de l’Eglise et de l’Etat, qui accordait désormais une place aux juifs et aux protestants dans la Nation.

 

Selon Napoléon : « Portalis serait l’orateur le plus fleuri et le plus éloquent s’il savait s’arrêter ».

 

Orateur, PORTALIS le fût des Arts et l’Amitié au sein de laquelle il occupa cet Office en 1784, après avoir rejoint cet Atelier en 1782.

 

En 1762 il étudie à la Faculté de Droit d’AIX EN PROVENCE et publie les Préjugés, en 1765 Avocat, il rédige les « Principes sur la distinction des deux puissances spirituelle et temporelle ».

 

La Franc-maçonnerie était implantée à AIX EN PROVENCE depuis 1762.

 

En 1768, il sera Vénérable de la Loge aixoise de l’Etroite Persévérance des Amis Réunis à laquelle participait Joseph, Jérôme SIMEON, fils du Professeur de Droit, Sextius SIMEON dont il épousera la fille Marguerite.

 

Ce sont les statues de ces deux là qui ornent les marches du Palais de Justice de la Place des Prêcheurs.

Statue de Portalis Statue de Simeon

 

 

Pour son biographe Edouard LEDUC « Une grande figure de l’histoire napoléonienne ; Portalis (1746-1807), Paris, Panthéon, 1990, PORTALIS voyait dans la Maçonnerie :

 

« Une fraternité de croyants, réunis par le projet de participer à la régénération des mœurs en s’entraidant mutuellement et en développant au sein de leur communauté les vertus qui forment les bons citoyens ».

 

Décédé en 1807, il repose aujourd’hui au Panthéon.

Mise à jour le Lundi, 19 Janvier 2015 15:30
 

bottom

Animé par Joomla!. Designed by: free joomla 1.5 themes email spf record Valid XHTML and CSS.